Bois de chauffage compressé

Quel pouvoir calorifique pour le bois ?

Le pouvoir calorifique correspond à la quantité de chaleur produite par la combustion d'une unité bien précise de combustible. À l’instar de tout bon combustible qui se respecte, le bois a un certain pouvoir calorifique qui dispose d'avantages comme d'inconvénients. Explications.

Qu'est-ce que le « pouvoir calorifique » ?

Le pouvoir calorifique d'un combustible est la quantité de chaleur engendrée par sa combustion dans des conditions dites « normales », c’est-à-dire à pression constante et à une température de 0 °C. Gaz, bois ou encore fioul présentent des pouvoirs calorifiques variés. Cette donnée permet de comprendre quel combustible est enclin à produire le plus de chaleur. Le pouvoir calorifique peut s'exprimer via différentes unités de mesures parmi lesquelles le kilowattheure (kWh) par kg, le Mégawattheure (MWh) par tonne, ou encore en Méga joules (MJ) par kg.

Quel pouvoir calorifique détient le bois?

Les différents types de bois proposent des capacités énergétiques parfois proches certes, mais leurs pouvoirs calorifiques varient en fonction d'un facteur essentiel : l'humidité. En effet, plus un bois est humide et plus son pouvoir calorifique est faible. A contrario, un bois peu humide dispose d'un pouvoir calorifique important.
Un point essentiel puisqu'il aura des conséquences non négligeables sur l'utilisation du combustible. Et pour cause, un bois dit « vert », c’est-à-dire coupé il y a moins de cinq mois, présente 45 % d’humidité. Il aura un rendement énergétique divisé par deux en comparaison d'un bois « sec », coupé entre un à deux ans auparavant et disposant de 20 % d'humidité. L'utilisation d'un bois « vert » peut également encrasser votre chaudière et polluer jusqu'à quatre fois plus.
L'importance du pouvoir calorifique du bois dépend du temps que ce dernier a passé à sécher. Lorsqu'un arbre est abattu, sa teneur en eau est comprise entre 30 et 100 %. Après l'abattage, cette quantité diminue progressivement au fil des mois et amplifie les performances thermiques du bois. Celui-ci dégagera alors moins de vapeur d'eau et plus de chaleur lors de sa combustion.
Les bois mous comme le peuplier, le sapin ou encore le pin, offrent un pouvoir calorifique faible car ils ne sont bons que pour démarrer un feu. Les bois francs et durs sont plus que recommandés comme combustibles.


Le saviez-vous ?
Afin de préserver le pouvoir calorifique du bois, ce dernier doit être sec. Néanmoins sa conservation est également primordiale, il est donc vital de le stocker dans de bonnes conditions. Le lieu idéal reste un abri disposant d'un toit rigide et des murs protégeant ainsi le combustible de la pluie et de toute forme d'humidité.

Les prix sont affichés pour une commande livrée dans le 75 - PARIS. Changer